Le gouvernement français vient d’inscrire officiellement la corrida au Patrimoine culturel immatériel. Grâce à cette reconnaissance officielle, surprenante et inespérée, la France devient le premier pays au monde à effectuer cettedémarche en faveur d’un spectacle basé sur la cruauté, la torture et la mort d’un animal.


Le lobby tauromachique internationale veut que les gouvernements des pays où l’on pratique encore la corrida, la France, l’Espagne, le Portugal, le Mexique, la Colombie, le Pérou, le Venezuela et l'Equateur, reconnaissent  officiellement cette activité en tant que «bien d’intér
t culturel» Les gouvernements autonomes de Madrid et de Murcie, en Espagne, l’on déjà classée.
Le lobby tauromachique grâce a son "Projet Tauromachie de l'UNESCO "concentre ses efforts sur une nouvelle tentative de placer la corrida sous la protection de l'UNESCO, en utilisant les accords contenus dans la “Convention sur la Protection du Patrimoine Mondial“ qui permet à cet organisme internationale donner un statut privilégié à des lieux et des cultures dans le monde, en leur permettant de bénéficier d'une certaine protection. La reconnaissance par l'UNESCO, en plus de l'inclusion formelle dans les inventaires, implique que les gouvernements devraient adopter des mesures juridiques, techniques, administratives et financières pour favoriser leur renforcement et leur continuité, et promouvoir des programmes éducatifs, destinés spécialement aux jeunes, de sensibilisation et de diffusion de cette cruelle pratique.
Il y a des pays qui, comme la France, cherchent à influencer l’UNESCO afin qu’elle accepte inscrire la tauromachie à son Patrimoine Culturel Immatériel, ce que signifierait un véritable bouclier contre le mouvement mondiale des citoyens qui préconisent l’abolition de la corrida. Sa sauvegarde repousserait indéfiniment la disparition de ce spectacle cruel qui provoque délibérément la souffrance physique et  psychique, la lente agonie et la mort d'un être vivant.
L’inscription de la corrida au Patrimoine Culturel Immatériel de l’ UNESCO aurait un impact négatif sur d'autres initiatives visant à la protection des animaux. D’autres pays pourraient demander à l'UNESCO la même protection et l’inscription d’autres pratiques cruelles comme la chasse aux phoques, la chasse à la baleine, les combats de coqs, les fêtes populaires avec des animaux, etc.
La corrida fait partie de ces spectacles injustifiables et incompréhensibles qui ont encore lieu à l’époque actuelle. Les animaux sont humiliés et tourmentés par des professionnels entraînés et armés d’instruments spécialement conçus pour leur provoquer une souffrance intense et la mort. Les chevaux, terrorisés, reçoivent aussi des blessures. C’est un spectacle en déclin, très durement critiqué depuis des années et de plus en plus impopulaire au niveau mondiale.
Nous lançons un appel urgent pour que les organisations de protection animale et les citoyens du monde entiermanifestent leur inquiétude et protestent contre cette initiative afin d'éviter que cette pratique dégradante et cruelle, qui génère des émotions négatives et ne représente aucune valeur sociale ou culturelle, ne soit pas inscrite auPatrimoine Culturel Immatériel de l’ UNESCO et par conséquent placé sous la protection d’un organisme aussiprestigieux que l’ UNESCO, dont les décisions sont d'une grande importance du point de vue éthique et moral.
Ci-joint une lettre-type, que l’ont peut adapter,  pour envoyer aux personnalités les plus importantes que l’on consid
rent opportun. Il est préférable d’envoyer une lettre par la poste parce que les boîtes email sont souvent saturées et n’offrent pas les meilleurs résultats. Sur notre site internet, www.addaong.org, « SOS contre la corrida »,vous trouverez le nom et adresses des personnes à contacter. C’est une situation grave et importante qui exige l’union de tous les défenseurs des animaux. Ong. ADDA, avril 2011.


 

 

Message du Collectif « NON À LA HONTE FRANÇAISE » Voici un certain nombre d’informations concernant notre action collective pour obtenir au plus vite la désinscription de la corrida au patrimoine culturel immatériel de la France :

  1. Il faut absolument continuer à téléphoner au ministère de la Culture. Nous avons appris hier qu’une pétition était en cours (c’est le mot utilisé par la personne au service du patrimoine) au ministère. Il faut téléphoner au 01 40 15 81 99 pour se faire inscrire en communiquant ses nom, prénom et numéro de téléphone. Le ministère fait le point sur le nombre d’appel en fin de semaine. MERCI DE TELEPHONER ET DE PROPOSER A VOS CONTACTS DE FAIRE DE MEME.

  2. Vous pouvez également envoyer des mails en nombre aux deux personnes suivantes (merci à Janine pour ces informations) :

christian.hottin@culture.gouv.fr
Direction générale du patrimoine, Chef du département qui s'occupe du patrimoine immatériel philippe.belaval@culture.gouv.fr
Directeur général du patrimoine        3) Vous pouvez également envoyer des fax même si vous ne disposez pas de télécopieur en utilisant un logiciel gratuit. Merci à Jacques pour ses conseils sur le sujet : un simple ordinateur connecté à Internet suffit, si l'on utilise par exemple le logiciel (gratuit) suivant : http://fax-gratuit.net/ La première fois, en donnant son adresse email on obtient un mot de passe.
Et ensuite, avec ce mot de passe, on envoie autant de fax qu'on veut (et on peut même suivre le fax en temps réel). Les numéros de fax sont sur le site du collectif : http://www.patrimoine-corrida.fr/action

  1. Et vous pouvez continuer à signer la pétition en ligne : http://www.patrimoine-corrida.fr/petition  Merci de vérifier que votre signature a bien été enregistrée. Vous avez dû recevoir un mail de confirmation qui, pour certains, s’est retrouvé dans votre boîte de « mails indésirables ». Nous venons de changer le système d’enregistrement en le simplifiant afin d’éviter cet inconvénient. Merci par avance pour votre signature.

Merci enfin de rediffuser ce message à tous vos contacts. Et soyons très nombreux le samedi 28 mai pour la manifestation unitaire à Paris !Le collectif « Non à la honte française ! »